La grève SNCF désastreuse pour les céréaliers, très gros clients du fret

Ports ou silos, à l’arrivée comme au départ, plus un wagon de céréales n’arrive à destination, ou alors au compte goutte : la grève des cheminots pèse lourd sur les usagers du fret (voir notre article) et en particulier sur les professionnels de l’agroalimentaire, qui tirent la sonnette d’alarme : après un mois de grève, les dépenses imprévues liées aux surcoûts de transport deviennent ingérables : « Plus de 10 euros supplémentaires par tonne en moyenne », explique l’AGPB (Association Générale des Producteurs de Blé).  « Notre seul plan B c’est le transport par la route, et il n’y a pas assez de camions et surtout de chauffeurs disponibles, ou alors les transporteurs doivent embaucher en intérim et louer du matériel roulant, ce qui nous est évidemment répercuté sur la facture. En France, un céréalier sur deux, quasiment, n’arrive pas à se payer correctement. Et avec la crise économique de 2008, cela fait bientôt dix ans que la situation est très compliquée. Les cheminots ne se rendent pas compte, mais avec leur mouvement social ils sont en train d’achever la filière ».

Continuer la lecture

Consommation : le succès des enseignes low cost ne se dément pas

Un lit fabriqué en Chine, une voiture assemblée au Maroc, un téléphone produit en Asie….. de très nombreux ménages français ont encore le réflexe de l’achat « à moindre coût ». Et même si on peut avoir tendance à penser que faute de qualité, ils renouvellent leurs achats plus souvent et donc n’économisent pas tant que cela, le gain d’argent est tout de même conséquent : pour la première fois, la Banque de France a calculé le gain de pouvoir d’achat réalisé grâce à ces habitudes…. Résultat : 1000 euros d’économies par an et par ménage, directement liés à un mode de consommation dont le succès ne se dément pas : le low cost. Continuer la lecture

Négociations distributeurs / producteurs : vers une petite révolution

Tous les acteurs ont été pris par surprise : la Commission des affaires économiques du palais Bourbon a adopté presqu’en catimini le texte proposé par Jean-Baptiste Moreau, son rapporteur, député LREM de la Creuse et éleveur de bétail dans le même département. Au cœur du projet : une réforme des discussions commerciales dans la grande distribution, qui prévoit que les produits alimentaires soient tous exclus des négociations annuelles entre les distributeurs et leurs fournisseurs. Dans la nuit du 17 avril, discrètement, ce petit amendement aux allures inoffensives a été voté avec le soutien du gouvernement, comme une lettre à la poste…. Pourtant, il pourrait changer les relations commerciales de haut en bas, et de manière explosive.

Continuer la lecture

En Chine, Auchan a (peut-être) trouvé ce qui va sauver l’hyper

 Leader de la distribution en Chine, Auchan teste une appli maison pour livrer ses clients en moins d’une heure autour d’un de ses hypers à Shanghai. Une façon d’élargir l’emprise de l’hypermarché puisqu’Auchan cible ici, surtout, le marché en plein boom de la livraison de repas à domicile. Ce créneau représente l’essentiel de l’énorme business de la livraison express, évalué à 27 milliards d’euros (204 milliards de yuans).

Continuer la lecture

Les « french days » : la belle idée des grandes marques pour le printemps

La dernière semaine d’avril et jusqu’au 1er mai, ils ont décidé de faire leur « black Friday » de printemps à eux. Qui ? Six enseignes 100% françaises, six distributeurs conscients que le succès du black Friday d’automne, à l’américaine (voir notre article), est à renouveler à la belle saison et même, à réitérer chaque année, pour instaurer un rendez-vous incontournable avec les consommateurs. Showroomprivé, (dont Conforama est actionnaire), mais aussi Cdiscount, filiale du groupe Casino, Boulanger (famille Mulliez), Darty (la Fnac), Rue du Commerce (groupe Carrefour) et La Redoute (groupe Galeries Lafayette) ont donc décidé de lancer l’offensive, pour installer dans le paysage commercial tricolore une opération digne des amis américains.

Continuer la lecture

La locomotive du marché du meuble, c’est la cuisine !

La tendance du moment, si l’on en croit les spécialistes du meuble, c’est de refaire sa cuisine ! En moyenne, les ménages français sont prêts à investir 5000 euros pour refaire cette pièce, un budget minimum qui peut grimper bien plus haut lorsqu’il ne s’agit pas seulement de refaire la déco, mais de tout refaire du sol au plafond, avec des matériaux haut de gamme et des équipements dernier cri. En 2017, les ventes ont grimpé de 4%, et la hausse se confirme cette année avec un matériau en tête des préférences des consommateurs : le bois.

Continuer la lecture

Fleuristes : un métier de passion qui s’adapte aussi à l’ère 3.0

Qu’est-ce qui fait le quotidien d’un fleuriste ? On le connaît souvent bien, dans le quartier ou la zone d’activité du coin, parce que son pas de porte est toujours bien garni, parce qu’il est ouvert tôt le matin, tard le soir, le dimanche et les jours fériés, et parce que c’est lui qui nous conseille pour la fête des mères, la Saint-Valentin, les semis du printemps ou le dîner chez les Dupont. Mais ce commerçant qui semble toujours disponible dans son décor de nature, quelle est sa « vraie vie » en coulisses ? Quelles études faut-il pour travailler dans les plantes ou les fleurs ? Quel parcours professionnel peut-on espérer lorsqu’on est embauché par une grande enseigne du secteur ?

Continuer la lecture

Monoprix et Amazon : un mariage historique

Cela fait un moment que les GAFA, les géants d’internet que sont Google, Amazon ou Facebook, sont dans le collimateur de la grande distribution : récemment, Stéphane Trépoz, le PDG de Sarenza, regrettait une guerre quasi perdue d’avance face à ces monstres de la vente en ligne… au moment où, d’ailleurs, il vendait sa marque à Monoprix et au groupe Casino. Le même Monoprix qui, aujourd’hui, joue double coup d’échecs : non seulement l’enseigne mise sur le développement de l’internet allié aux points de vente physiques, mais dans le même temps, elle fait « alliance avec l’ennemi », en quelque sorte. Cette fois-ci, l’accord « gagnant-gagnant » conclu entre les deux distributeurs consiste à proposer sur le site d’Amazon dédié aux livraisons express pour les clients abonnés au service premium, « Prime Now », des produits de chez Monoprix, l’enseigne haut de gamme de chez Casino. Voilà qui devrait faire fureur, car les clients de Monop’, comme on dit, sont souvent des actifs, plutôt aisés, et très demandeurs de livraisons à domicile en moins de deux heures.

Continuer la lecture

Produits frais et livraison à domicile : Casino – Monoprix innovent

C’est la nouvelle arme des géants de la distribution pour réussir à répondre à la demande croissante d’une clientèle active et urbaine : la livraison ultra rapide de produits frais. Pour parvenir à cette mutation accélérée, ils ont imaginé des entrepôts gigantesques, animés par des centaines, des milliers de robots qui gèrent quasiment seuls le stockage et le déstockage des aliments. Sur les écrans des ordinateurs de contrôle, on les aperçoit comme une armée de points, bleus, verts, jaunes, des fourmis en activité continue. Ils ne s’arrêtent tout bonnement jamais.

Continuer la lecture

Cartes de fidélité : enquête sur un outil marketing plébiscité par les Français

Vêtements, restauration, alimentation, outillage, jardin, bijoux ou voiture : du petit commerçant à la grande enseigne, ils ont tous une carte de fidélité à offrir à leurs clients. Et selon une enquête, 90% des Français en possèdent une ou plusieurs. Le principe plaît aux consommateurs : ils la reçoivent gratuitement la première fois qu’ils vont à la caisse d’un point de vente, ou on leur fait payer pour un prix symbolique de quelques euros, mais en échange, ils savent qu’ils vont y gagner. Soit des points de fidélité qui leur donne droit à des réductions, soit de l’argent en cash déduit de leur facture au moment de payer, soit des avantages en nature.

Continuer la lecture