Les métiers de la distribution qui recruteront le plus en 2019 (1)

Laisser un commentaire

Chaque fin d’année, c’est une tradition : les cabinets de recrutement français et européens font leurs pronostics et cherchent à savoir quelles branches, quels secteurs, quels métiers recruteront le plus  au cours de l’année suivante. Pour 2019, les publications de différents experts sont tombées : dans le domaine de la vente et de la distribution, certaines compétentes et certains profils de postes ont le vent en poupe pour la nouvelle année qui s’annonce. En voici une petite liste non exhaustive.

 

Hôte(sse) d’accueil

 

De plus en plus, la grande distribution mise sur l’alliance entre commerce digital (sur internet) et commerce physique (en magasin), ce que l’on appelle aujourd’hui le phygital (lire notre article). Une stratégie de développement qui mise à nouveau fortement sur le relationnel avec le client et l’instauration d’une relation de confiance ou à tout le moins, un contact humain qui fait de l’acte d’achat une expérience agréable. Dans ce contexte, les distributeurs recrutent beaucoup d’hôtes et d’hôtesses d’accueil, en particulier les grandes surfaces, pour orienter les clients et prendre le temps de les diriger ou de les conseiller comme ils l’attendent. « Aujourd’hui l’hôte client a un rôle important, qu’on négligeait par le passé et dont on a mesuré le caractère crucial ces dernières années : il est le garant de l’image de la marque et de l’enseigne », explique un responsable RH du réseau Brico Dépôt. « Il a aussi la responsabilité de gérer les adhésions aux cartes de fidélité et aux programmes affiliés, ce qui représente une partie importante de nos stratégies de développement et de prospection. Enfin, il va être appelé à s’occuper du bon fonctionnement des points service, comme les photocopieurs ou le relais colis, et de la réception des appels téléphoniques. C’est un poste qui permet d’évoluer vers celui de manager caisses / accueil du magasin, voire d’adjoint à la direction ». Le salaire ? Pour 35 heures par semaine, la rémunération médiane est de 1960 € brut. « Bien qu’il soit possible d’accéder au métier sans aucune qualification, les recruteurs sont de plus en plus exigeants. Posséder un diplôme dans les secteurs du tourisme, de la bureautique, du commerce et de l’hôtellerie se révèle donc fortement utile pour la recherche d’emploi mais surtout pour pouvoir évoluer », indique l’ONISEP, l’Office National d’Information sur les Enseignements et les Professions.

 

Commercial(e)

 

Avec l’explosion du e-commerce, c’est un métier qui reste extrêmement recherché par les distributeurs, avec une préférence pour les compétences axées sur le numérique, mais pour lequel les aptitudes recherchées restent globalement les mêmes : talent pour la vente, de produits mais aussi de plus en plus, de services (voir par exemple notre article); « Avec, entre autres, l’avènement du commerce en ligne, le secteur a connu des modifications au cours de ces dernières années », indique l’Etudiant, site spécialisé dans la formation et l’orientation professionnelle. « Les profils commerciaux sont évidemment les plus nombreux (un bac+2, BTS ou DUT, devient la norme), mais de nouveaux métiers ont fait leur apparition, comme le category manager, chargé d’assurer la vente et la rentabilité de toute une catégorie de produits dans la grande distribution. Parmi les fonctions “classiques” de la profession, les chefs de produits et les responsables de point de vente sont particulièrement recherchés ». Le salaire médian pour ce type de poste commence à 2480€ brut par mois, et peut aller jusque 5000€ brut mensuel, voire davantage, avec pas mal d’expérience et la gestion de beaucoup de portefeuilles. Cela permet d’évoluer vers un poste de directeur commercial, dont le salaire médian se situe à 100 000 € brut par an.

 

Assistant(e) commercial(e)

 

« L’assistant commercial se voit confier de plus en plus de tâches, aujourd’hui, il est le premier contact du client avec l’entreprise car il assure le suivi des ventes, mais il est aussi  chargé de traiter les commandes, la facturation, la tenue des fichiers clients ou de suivi des stocks… », explique l’ONISEP. « C’est un poste pivot entre le directeur commercial et l’équipe de vente, entre l’interne et l’externe. La distribution est en permanence en recherche d’assistants commerciaux, quel que soit le secteur de vente et la taille de l’entreprise. C’est un métier qui promet un quotidien très diversifié, entre la veille et la surveillance des processus et du bon déroulement des opérations, et la stratégie de développement. Le salaire médian d’un assistant commercial est de 2300 € brut par mois, un débutant gagne en moyenne 1830€ brut et un assistant confirmé peut gagner jusque 2830€ brut par mois. C’est un poste qui nécessite d’avoir un diplôme bac +2, parfois certaines entreprises demandent un bac +3 avec spécialisation, pour des postes à responsabilité renforcée ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *