Jardineries : les recruteurs cherchent du monde pour la belle saison

Laisser un commentaire

Le 20 mars, c’est le printemps ! Et pour les jardineries, la période où les ventes et la logistique tournent à plein régime, jusqu’au mois d’octobre au moins. La saison, aussi, la plus favorable aux recrutements de vendeurs conseils, d’horticulteurs et de pépiniéristes pour alimenter l’ensemble du réseau de distribution du secteur. Au total, plus de 10 000 postes à pourvoir dans l’ensemble des enseignes du marché français.

 

D’autant que les leaders du secteur ouvrent de nombreux grands magasins un peu partout en ce moment, avec des concepts revisités : « la jardinerie urbaine est en plein essor et une grande marque comme Truffaut, par exemple, parie en ce moment à fond sur le développement du marché dans les grandes villes : l’enseigne inaugure depuis 1 ans des très grandes jardineries de plus de 1000 m² dans des secteurs hyper-urbains : Boulogne-Billancourt près de Paris, dans le 13e arrondissement même de la capitale, ou encore en plein centre-ville de Toulouse. A terme, Truffaut veux ouvrir des jardineries urbaines dans une vingtaine de grandes villes françaises, ce qui implique évidemment pas mal de recrutements », analyse la Fédération Nationale des Métiers de la Jardinerie.

 

Et la jardinerie urbaine n’est pas la seule à faire flores : Gamm’Vert, Jardiland, Villa Verde, Baobab, Floralie’s Garden, Botanic, Delbard, Côté Nature… toutes ces enseignes recrutent traditionnellement au printemps, mais aussi les horticulteurs et les pépiniéristes en amont, qui fournissent les magasins, ainsi que les logisticiens spécialisés dans le stockage, déstockage, transport et livraisons de fleurs , plantes et arbustes. « Avec les températures douces et le soleil qu’on a eu dès février, certaines espèces ont fleuri et bourgeonné plus tôt que prévu et les jardineries sont déjà prises d’assaut, avant même la fin officielle de l’hiver », explique l’Observatoire national des métiers des Jardineries et Graineteries.

 

« Le mois de mars promet d’être florissant pour le marché du végétal, et l’emploi va forcément connaître un boom positif, essentiellement en intérim mais aussi quelques CDD longue durée et des CDI, de plus en plus. Car l’autre tendance, c’est que les Français veulent de plus en plus du persistant, des plantes qui durent toute l’année dans leurs intérieurs, et on commence à avoir besoin de presqu’autant de main d’œuvre à l’automne et en hiver que pendant les 6 mois de la belle saison », complète la fédération Nationale des Producteurs de l’Horticulture et des Pépinières (FNPHP). « Il y a aussi de plus en plus la tendance du potager maison, du vegan, du locavorisme (consommer des produits issus d’un rayon de moins de 250 kilomètres de chez soi, ndlr), et les consommateurs investissent désormais des jardins partagés, leurs propres terrains, et même leurs terrasses et leurs balcons pour planter. D’où le fait que les enseignes de la jardinerie se développent de plus en plus dans les villes aujourd’hui ».

 

Ce type d’agriculture fait travailler au total près d’1,5 million d’emplois en France, si on considère l’ensemble de la chaîne des métiers, du producteur au consommateur : en ce moment, le secteur recrute aussi bien des horticulteurs pour cultiver et soigner les plantes en pleine terre, des floriculteurs, c’est-à-dire des spécialistes des plantes vertes et des fleurs, des pépiniéristes les arbres, les arbustes et les végétaux d’extérieur, mais aussi des agents horticoles, des agents pépiniériste, des chefs de culture, des logisticiens dans les entrepôts des grossistes ou à Rungis (préparateurs de commandes, responsables expéditions…), des vendeurs en jardinerie, des technico-commerciaux, des directeur des ventes, des ingénieurs de recherche, des techniciens d’expérimentation… Bref, il fait beau temps sur l’emploi en ce moment dans le végétal !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *