Canicule : le réchauffement climatique va créer 18 millions d’emplois d’ici 2030


Temps de lecture : 4 minutes

La France a enregistré des températures record, des pics de chaleur jamais vus dans l’hexagone un mois de juin, et avec la hausse du mercure, un boom brutal des ventes dans plusieurs secteurs de la distribution, contraints de recruter en urgence des salariés intérimaires pour faire face à la demande : avec la chaleur, les hypers, les grandes et les moyennes surfaces, mais aussi les magasins d’électroménager et les vendeurs de gros, ont vu la clientèle affluer en masse sur une période de seulement quelques jours : d’abord, pour ce qui concerne les enseignes de la grande distribution, parce que les rayons climatisés des grands magasins attirent automatiquement la clientèle en quête de fraîcheur entre 10 heures le matin et 20 heures le soir.

Ensuite, parce que les plus de 40 (et même jusqu’à 46 dans le Gard) degrés affichés au thermomètre poussent à la consommation de produits frais : boissons, fruits, légumes, soupes froides, glaces et sorbets…. Mais aussi de tous les produits susceptibles d’apporter du frais ou de faire baisser la température : climatiseurs, ventilateurs, rafraîchisseurs, filtres solaires, parasols, stores, rideaux, machines à glaçons, piscines gonflables pour enfants, jeux d’eau, maillots de bains, etc etc.

 

Résultat : des embauches de salariés en renfort par dizaines dans tous les points de vente, et des recrutements de dernière minute aussi dans le transport de produits frais et la logistique, pour éviter les ruptures de stock, galvaniser la chaîne d’approvisionnement et répondre à la demande des consommateurs. A la clé, cette semaine mais aussi très certainement les suivantes et tout l’été (les météorologues promettent des températures du même acabit jusque mi septembre au moins), plusieurs milliers d’emplois saisonniers dans la grande distribution et dans les enseignes d’électroménager et d’outillage, mais aussi plusieurs centaines d’autres emplois indirects créés par cette forte demande en produits destinés à lutter contre la chaleur : dans les usines de production, dans les entrepôts logistiques pour le stockage et les préparations de commandes, dans les entreprises de transport de marchandises, dans la messagerie expresse pour les livraisons du dernier kilomètre.

 

« Au total, on estime que la lutte contre le réchauffement climatique et les changements des habitudes des consommateurs en lien avec ce réchauffement climatiques, vont créer dans les 10 années qui viennent 18 millions d’emplois dans le monde », explique l’OIT (Organisation Internationale du Travail), qui a réalisé des enquêtes sur le sujet en 2015 au moment des accords de Paris. 6 millions d’emplois seront détruits par les évolutions de l’économie, des évolutions inéluctables, mais 24 millions seront créés par ces mêmes changements de modes de vie. On parle d’emplois créés dans les secteurs directement liés à l’économie verte, mais on parle plus globalement des emplois dans tous les secteurs de l’économie, puisque tous seront impactés, et impactés positivement au global. Pour l’Europe, on estime que ces changements économiques liés à la lutte contre le réchauffement climatique vont créer 12 millions d’emplois, dans 150 secteurs d’activités différents, dont plus de 2 millions en France (soit 8% de l’emploi total).

 

Parmi les secteurs qui vont gagner de l’emploi, les services et la grande distribution figurent en bonne position : « les enseignes de la distribution vont progressivement s’adapter pour vendre des produits, mais aussi de plus en plus de services », explique l’organisme : « la distribution d’électricité va se démocratiser et devenir un produit vendu comme un autre dans les grands magasins (lire notre article) ; les enseignes vont aussi devoir embaucher pour développer tout ce qui concerne le tri, le recyclage des emballage, la collecte de déchets, l’économie circulaire (lire notre article), mais aussi pour développer des secteurs dédiés à la location, à la réparation, à la deuxième vie des objets, comme le fait Ikea en ce moment (lire notre article).

 

Tout ce qui concerne le bio va aussi monter en puissance (lire notre article), mais aussi tous les services dédiés à l’administratif : financiers, ressources humaines, assurances, protection sociale, médecine du travail etc…) : au total, on estime ainsi que dans les services, 32 000 postes pourraient être créés d’ici 2030 en lien direct avec la lutte contre le réchauffement climatique. Enfin, un phénomène moins positif va mathématiquement générer de l’embauche : ce que l’on appelle le stress thermique, qui va obliger à aménager les horaires de travail, à augmenter les poses et à diminuer les jours de présence dans les entreprises pour ménager la santé des salariés. On estime que d’ici 2030, ce stress thermique va provoquer une perte de 2% des heures actuellement travaillées. Qu’il faudra donc compenser par de nouveaux recrutements ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *