1200 postes supprimés chez Carrefour : l’enseigne souffle le chaud et le froid sur l’emploi

3 commentaires

Il y a quelques semaines à peine, Alexandre Bompard faisait part de sa satisfaction quant à son grand plan de restructuration, entamé il y a deux ans et qui commence à porter ses fruits. L’enseigne Carrefour annonçait aussi des embauches à venir dans les secteurs porteurs de ce plan de développement (voir notre article). Pourtant, ce 28 mars 2019, nouvelle annonce du groupe néfaste pour l’emploi : Carrefour veut encore supprimer au moins 1200 postes dans ses hypermarchés, en s’appuyant sur la récente réforme du code du travail qui facilite les procédures de rupture conventionnelle dans les entreprises.

 

« Il n’y aura aucun départ contraint », tempère ce matin la marque de grande distribution, selon la teneur des propos tenus au dernier CCE du groupe (Comité central d’entreprise). La direction souligne qu’il n’y a pas d’incohérences dans ces suppressions de postes, dans la mesure où elles concerneront essentiellement les secteurs dont Alexandre Bompard avait annoncé qu’il souhaitait se défaire : « Les rayons bijoux, multimédia, électroménager, photo, hifi, textile, ou encore les caisses des stations service qui deviendront toutes automatisées. Mais aussi les fonctions support pour lesquelles il y a désormais trop de doublons après la restructuration de ces deux dernières années : les services RH, paye, administratif et management sont concernés : avec notamment la fermeture ou la cession des anciens magasins Dia, il y a beaucoup moins de besoin sur ces secteurs », explique en « off » un cadre des Ressources Humaines.

 

La DRH, qui confirme officiellement à la presse aujourd’hui que selon les engagements d’Alexandre Bompard, « aucun hypermarché ne sera fermé ni cédé en 2019 », et que « ces projets avaient déjà été proposés et confirmés y compris dans leur dimension sociale en octobre 2018, et à nouveau en janvier 2019, et que tous les salariés concernés seront accompagnés. La mobilité interne sera prioritaire, selon l’accord de gestion prévisionnelle signé pour les emplois et les compétences. De telle manière que les collaborateurs pourront se former aux évolutions de leur métier. Ceux qui souhaiteront évoluer à l’intérieur du groupe pourront le faire, ceux qui voudront le quitter pourront aussi le faire, il n’y aura pas de départs contraints, c’est pour cela que nous avons fait le choix du dialogue social via la rupture conventionnelle. Nous montrons ainsi que nous privilégions le dialogue social, et surtout, que Carrefour est dans une nouvelle phase qui n’a rien à voir avec la situation qui était celle du groupe l’an dernier, où les choses étaient plus compliquées et la situation économique de l’enseigne plus fragile. Cependant, un certains nombre d’activités en magasin ne sont plus rentables et doivent être arrêtées. Soit on ne fait rien et on laisse les salariés livrés à eux-mêmes, soit on leur propose un dispositif de qualité pour les accompagner quel que soit leur choix, et c’est ce que nous faisons aujourd’hui. Notre modèle d’hypermarchés aujourd’hui n’a pas d’autre choix que de se confronter à l’évolution des modèles de consommation des clients et à la concurrence. Nous avons promis de ne pas fermer de magasins mais en contrepartie, nous devons nous transformer pour sauver l’ensemble des emplois chez Carrefour aujourd’hui ».

 

L’enjeu, selon l’enseigne, doit se faire « magasin par magasin pour faire en sorte que ceux d’entre eux qui rencontrent des difficultés reviennent à une rentabilité qui garantisse l’avenir de leurs salariés. Les discussions doivent donc permettre, dans ces magasins, et notamment pour les salariés qui souhaitent partir, de définir les meilleures conditions de départ possible : des congés avant la retraite, des mesures d’aide à ceux qui souhaitent se lancer dans un nouveau projet… ». Ces nouvelles suppressions de postes représenteraient un peu plus d’1% de la masse salariale totale du groupe en France, après un « dégraissage » de 10% des effectifs en janvier 2018, qui a fait passer le nombre de salariés dans l’hexagone en dessous de la barre des 105 000 personnes.

 

Aujourd’hui, ce nouveau volet de la restructuration concerne uniquement la branche hypermarchés de Carrefour, soit 2% des 60 000 emplois qui y sont dédiés. Mais la forme de ces suppressions de postes annoncées d’ici fin 2019 est nouvelle, une première au sein de l’enseigne, avec des négociations qui doivent s’achever cet été entre la direction et les représentants du personnel. La moitié du personnel, via les syndicats, doit accepter de signer le texte qui permet des départs sur la base du volontariat, sans que des motifs économiques soient nécessairement avancés pour justifier la décision. Selon la CFDT Carrefour, plus de 50% des postes concernés par cette nouvelle vague de suppressions de postes sont des cadres. Plusieurs sources confirment aujourd’hui que la CFDT et FO négocieront, mais pas la CGT qui refuse de s’asseoir à la table des discussions.

 

« L’inquiétude, nous la ressentons depuis que la restructuration a commencé au siège, dans les points de vente de proximité et maintenant dans les hypermarchés. Pour accorder notre signature à la direction, nous voulons évidemment que la base du volontariat soit absolument respectée, et que l’entreprise mette le paquet sur les passerelles de mobilité interne, et pour les départs, sur les congés de mobilités : ils doivent être importants, bien rémunérés, et les mesures de formation devront être à la hauteur », explique FO. « Si l’entreprise joue le jeu dans tous les domaines, on est prêts à discuter. Nous sommes conscients que le format est en difficulté, pas que chez Carrefour mais dans toutes les enseignes du retail, et qu’il faut un nouveau projet commercial. Ce que nous demandons, c’est la priorité aux reclassements dans les secteurs alimentaires de l’enseigne. Nous ce qui nous intéresse, c’est le maintient de l’emploi ».

 

Car si Carrefour veut se dégager du non alimentaire, la direction compte au contraire investir massivement à moyen terme dans le local et le bio notamment, et également repenser son concept d’hypermarché avec une offre globale, pour proposer des points de vente plus petits et davantage spécialisés dans certaines catégories de produits, notamment dans les centres-villes. Pour le « non alimentaire », dans les grandes surfaces Carrefour, des « corners » dédiés à des marques partenaires seront mis en place, par exemple la Fnac, Darty, ou Décathlon. Avec, sans doute, un effet positif sur l’emploi du côté de ces enseignes spécialisées, où des reconversions seront peut-être possibles pour certains salariés de Carrefour…. C’est en tout cas l’un des arguments de l’enseigne française pour justifier sa décision.

 

 

3 réflexions au sujet de « 1200 postes supprimés chez Carrefour : l’enseigne souffle le chaud et le froid sur l’emploi »

  1. Gay Géraldine

    Ils s’ unieraient avec Amazon ce serait mieux pour leurs ventes..le drive fait le concensus des clients qui ne qont plus encleins à se déplacer pour leurs achats courants.
    Animatrice commerciale en retraite avancée

    Répondre
  2. Gislene

    Le groupe Carrefour ment à la France entière. leurs techniques de management sont malhonnêtes. ils jouent avec les gens ils essaient de cacher un énorme gouffre que leur a coûté les dia, soit 600 million d’euros environ . leur politique salariale basée non pas sur la performance mais sur l’ancienneté nous ramène à l’âge préhistorique. pour les Carrefour Market par exemple tous les magasins sont vendus en franchise et le personnel en fait les frais. les clauses de mobilité sont utilisées de manière abusive et tout est fait pour que les employés ne puissent pas changer de poste ou/et de région dans de bonnes conditions, précipitant ainsi leur départ du groupe. Le groupe Carrefour est le pire groupe du domaine de la grande distribution, il devrait être sanctionné pour ses méthodes et pour ses mensonges….Bompart en tête !

    Répondre
    1. channy

      J’ai fait parti du groupe Carrefour d abord ED puis Dia( magasin franchisé) et enfin Market
      qui vous semble être la source de tous les maux…le concept Ed n était pas mauvais en soi, seulement il a été négligé et mis de coté surtout pendant l’ére Krisprolls( une vedete dans son genre celui la),puis Bernard Arnault a investi et exigé du rendement…cela a abouti à Dia et son fiasco mémorable.
      Retour dans le giron Carrefour pour les ex Dia…il est certains que carrefour a payé beaucoup trop cher Dia,car cela ne valais pas plus que les dettes comme le disait JC Naouri, et encore les dettes étaient plus importantes que prévues
      Enormement de magasins Dia plafonnaient à 50-60 000 euros hebdomadaire…et au moins un quart étaient a 30-40 000 hebdomadaires…Celui ou je bossais était monté a 130 000 hebdo. sous pavillon Dia ;contre 40 000 du temps de Ed…
      Les employés Dia n avaient ni la culture Carrefour, ni le niveau d ELS….De plus un concept étrange « le contact » fut crée pour recycler les Dia les moins bien placé.
      Bref la grosse Erreur de G. Plassat à mon sens fut de confier la gestion des ex Dia aux tocards et je pèse bien mes mots, aux tocards de la direction ex Dia reconvertis ERTECO groupe carrefour..résultat carrefour a financé des magasins qui tournaient à perte pendant presque 2 ans avant de dire Stop et de jeter l eponde
      Cela a commencé par des renforcements de personnel effectués à la va vite et en fonction des aides Paul Emploi offertes….bref très peu de personnel qualifié, juste des gens qu il fallait former comme si nous avions le temps
      Des nouveaux directeurs souvent recrutés à la va vite et sans véritable expérience de la GMS et aucune culture Carrefour…la plupart terrorisés par leur chef de secteur
      Les déploiement des magasin Dia en Carrefour ont été des moments mémorables ou les ex chefs de secteurs Dia faisaient la leçon aux formateurs métiers carrefour…les ex employés Dia n’arrivant pas à s adapter aux exigences carrefour..le rayon F&L fut l exemple le plus significatifs…chez carrefour on travaillait à la Caisse.;chez Dia on versait les cageots les uns sur les autres..on était encore dans le vieux concept du meuble vert
      Un jour un chef de secteur s est laché et il a avoué que la seule motivation de carrefour en rachetant Dia, hormis le maillage commercial c était de les mettre en franchise le plus vite possible…Carrefour savait très bien qu il rachetait un canard boiteux..hélas le redressement des magasins à foiré et les pigeons n ont pas été au rendez vous de la franchise
      ah oui pour vous situer un peu..le magasin ou je bossait c etait un 800 M2, monté à 130 000 euros à son apogée..redescendu à 80 000 Hebdo quand le groupe Dia avait mis en vente, nous avions 3000 references environ en magasin..nous étions 8 employés
      Reconverti en carrefour Market..nous étions 20 employés( cela à meme monté jusqu a 22 employés, 8000 references en magasin C.A maxi 66 000 euros..le magasin tournait à 40-45 000 en vitesse de croisière
      Pour info mes ex collègues du Dia reconverti Market ont tous été reclassé dans d autres magasins de l agglomération…moi je suis parti quelques mois après que le magasin soit converti en market..je ne supportais plus le gros plouc( ex Dia) qui me servait de chef de secteur

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *