Archives de catégorie : Economie

La 2e étoile des Bleus va booster le commerce, on vous explique pourquoi !

Depuis plus de 40 ans maintenant la chose s’est toujours vérifiée : une victoire en coupe du monde de football rapporte gros aux commerçants du pays vainqueurs, grands groupes comme petites détaillants, et booste la croissance économique pour plusieurs mois, voire plusieurs années : en amont, la compétition a déjà provoqué une razzia chez les distributeurs spécialisés dans les articles de sport : + 30% de hausse des ventes par rapport à la même période il y a deux ans, au moment de l’Euro 2016…. Les supporters se sont arrachés les maillots des Bleus, plus d’un million d’exemplaires vendus en quelques jours, entre la demie et la finale.

Continuer la lecture

Consommation : le succès des enseignes low cost ne se dément pas

Un lit fabriqué en Chine, une voiture assemblée au Maroc, un téléphone produit en Asie….. de très nombreux ménages français ont encore le réflexe de l’achat « à moindre coût ». Et même si on peut avoir tendance à penser que faute de qualité, ils renouvellent leurs achats plus souvent et donc n’économisent pas tant que cela, le gain d’argent est tout de même conséquent : pour la première fois, la Banque de France a calculé le gain de pouvoir d’achat réalisé grâce à ces habitudes…. Résultat : 1000 euros d’économies par an et par ménage, directement liés à un mode de consommation dont le succès ne se dément pas : le low cost. Continuer la lecture

Les « french days » : la belle idée des grandes marques pour le printemps

La dernière semaine d’avril et jusqu’au 1er mai, ils ont décidé de faire leur « black Friday » de printemps à eux. Qui ? Six enseignes 100% françaises, six distributeurs conscients que le succès du black Friday d’automne, à l’américaine (voir notre article), est à renouveler à la belle saison et même, à réitérer chaque année, pour instaurer un rendez-vous incontournable avec les consommateurs. Showroomprivé, (dont Conforama est actionnaire), mais aussi Cdiscount, filiale du groupe Casino, Boulanger (famille Mulliez), Darty (la Fnac), Rue du Commerce (groupe Carrefour) et La Redoute (groupe Galeries Lafayette) ont donc décidé de lancer l’offensive, pour installer dans le paysage commercial tricolore une opération digne des amis américains.

Continuer la lecture

La locomotive du marché du meuble, c’est la cuisine !

La tendance du moment, si l’on en croit les spécialistes du meuble, c’est de refaire sa cuisine ! En moyenne, les ménages français sont prêts à investir 5000 euros pour refaire cette pièce, un budget minimum qui peut grimper bien plus haut lorsqu’il ne s’agit pas seulement de refaire la déco, mais de tout refaire du sol au plafond, avec des matériaux haut de gamme et des équipements dernier cri. En 2017, les ventes ont grimpé de 4%, et la hausse se confirme cette année avec un matériau en tête des préférences des consommateurs : le bois.

Continuer la lecture

Monoprix et Amazon : un mariage historique

Cela fait un moment que les GAFA, les géants d’internet que sont Google, Amazon ou Facebook, sont dans le collimateur de la grande distribution : récemment, Stéphane Trépoz, le PDG de Sarenza, regrettait une guerre quasi perdue d’avance face à ces monstres de la vente en ligne… au moment où, d’ailleurs, il vendait sa marque à Monoprix et au groupe Casino. Le même Monoprix qui, aujourd’hui, joue double coup d’échecs : non seulement l’enseigne mise sur le développement de l’internet allié aux points de vente physiques, mais dans le même temps, elle fait « alliance avec l’ennemi », en quelque sorte. Cette fois-ci, l’accord « gagnant-gagnant » conclu entre les deux distributeurs consiste à proposer sur le site d’Amazon dédié aux livraisons express pour les clients abonnés au service premium, « Prime Now », des produits de chez Monoprix, l’enseigne haut de gamme de chez Casino. Voilà qui devrait faire fureur, car les clients de Monop’, comme on dit, sont souvent des actifs, plutôt aisés, et très demandeurs de livraisons à domicile en moins de deux heures.

Continuer la lecture

Produits frais et livraison à domicile : Casino – Monoprix innovent

C’est la nouvelle arme des géants de la distribution pour réussir à répondre à la demande croissante d’une clientèle active et urbaine : la livraison ultra rapide de produits frais. Pour parvenir à cette mutation accélérée, ils ont imaginé des entrepôts gigantesques, animés par des centaines, des milliers de robots qui gèrent quasiment seuls le stockage et le déstockage des aliments. Sur les écrans des ordinateurs de contrôle, on les aperçoit comme une armée de points, bleus, verts, jaunes, des fourmis en activité continue. Ils ne s’arrêtent tout bonnement jamais.

Continuer la lecture

Cartes de fidélité : enquête sur un outil marketing plébiscité par les Français

Vêtements, restauration, alimentation, outillage, jardin, bijoux ou voiture : du petit commerçant à la grande enseigne, ils ont tous une carte de fidélité à offrir à leurs clients. Et selon une enquête, 90% des Français en possèdent une ou plusieurs. Le principe plaît aux consommateurs : ils la reçoivent gratuitement la première fois qu’ils vont à la caisse d’un point de vente, ou on leur fait payer pour un prix symbolique de quelques euros, mais en échange, ils savent qu’ils vont y gagner. Soit des points de fidélité qui leur donne droit à des réductions, soit de l’argent en cash déduit de leur facture au moment de payer, soit des avantages en nature.

Continuer la lecture

Monoprix (Casino) mise sur l’e-commerce et rachète le chausseur Sarenza

S’allier pour devenir plus forts ensemble : voilà la stratégie de Monoprix, l’enseigne du groupe Casino, qui rachète aujourd’hui Sarenza, la petite start-up parisienne lancée en septembre 2005, et devenue un monstre du e-commerce. La société valait 3 millions d’euros en 2007, elle affiche 250 millions d’euros de chiffre d’affaires un peu plus de 10 ans plus tard, loin devant son grand rival Spartoo, mais derrière Zalando, un groupe allemand qui se porte plutôt bien avec 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, et plus loin encore derrière Amazon et sa filiale Zappos, qui caracole en tête des marchands de chaussures en ligne, avec un CA de 22 milliards d’euros !

Continuer la lecture

Salon de l’agriculture : les distributeurs reprochent à la FNSEA sa « désinformation »

Alors que le salon international de l’agriculture battait son plein ce week-end des 24 et 25 février 2018, porte de Versailles à Paris, les agriculteurs ont été, comme chaque année à cette époque, au cœur des médias : presse, radio, télévision et numérique confondus… ils étaient partout, et on n’entendait qu’eux. La veille de l’ouverture du salon, et les semaines précédentes, le plus grand syndicat agricole de France, la FNSEA, a multiplié les appels à actions pour exprimer la colère et le désarroi des agriculteurs sur divers sujets : redistribution de la carte des zones défavorisées, qui exclurait certains producteurs du sud-ouest des aides européennes ; projet d’accord commercial (Mercosur) avec plusieurs pays d’Amérique Latine, gros exportateurs de viande ; et aussi, la « guerre des prix » qui continue avec la grande distribution. La FNSEA accuse notamment les hypermarchés de faire courir un « danger de mort » aux agriculteurs français, et à toute la filière alimentaire.

Continuer la lecture

Spartoo rachète André et prend pignon sur rue : la stratégie du « phygital »

Les enseignes du commerce français de détail continuent leur transformation pour s’adapter à l’ère numérique : après le rapprochement en novembre 2017 entre Auchan et le géant du e-commerce Alibaba, c’est André, très ancienne marque française née à la fin du 19eme siècle, qui passe dans le giron d’un spécialiste de la chaussure sur internet : Spartoo. Une opération de rachat stratégique en ce début d’année 2018 pour le site, qui veut supplanter ses trois concurrents directs, Sarenza, Zalando et le monstre du e-commerce Amazon. Avec 135 enseignes sur le territoire français et quelques 800 salariés, André constitue un beau challenge, et même un sacré pari : mis en vente par Vivarte, son propriétaire depuis le début des années 2000, c’est une enseigne qui revient de loin. Il y a peu, on en craignait encore la faillite pure et simple, faute de repreneur, après des années de tentatives de redressement de son propriétaire, Vivarte, très endetté, et qui a choisi de ses recentrer sur ses quelques enseignes principales (La Halle, Caroll…) et de vendre les autres.

Continuer la lecture